Le vers de farine

Présentation :

Le vers de farine est la larve du ténébrion meunier (Tenebrio molitor) qui est un insecte appartenant à l'ordre des Coléoptères (comme les scarabées, les coccinelles, les carabes...).
Sa taille au dernier stade larvaire est d'environ 3cm, la larve de premier stade mesurant elle environ 2mm. Cette espèce a un développement holométabole : la larve ne ressemble pas à l'adulte.
Chez cette espèce, seule la larve est utilisée comme nourriture pour le lézard. En effet, l'adulte est protégé par une carapace assez dure.
Le vers de farine est considéré en terrariophilie comme ayant une valeur nutritionnelle douteuse, c'est pourquoi il est préconisé de ne l'utiliser que parcimonieusement. On essaye d'utiliser en priorité les larves qui viennent de muer car elles sont plus facilement digérées : en effet, les quinones n'ont alors pas encore tanné les scléroprotéines de la cuticule. Le vers de farine fait néanmoins partie d'un menu varié.
La facilité de son élevage et la faible taille de sa larve de premier stade assure de pouvoir nourrir n'importe quel lézard en cas de pénurie de proies.

Acquisition d'une souche :


Cette espèce est communément vendue en animalerie ainsi que dans le rayon pêche de certaines grandes surfaces. On achète une souche de départ environ quarante larves.
L'élevage doit être initié environ trois mois avant l'achat d'un reptile pour avoir une petite production.


Nourriture :

 Les vers de farine (ainsi que l'adulte) peuvent être nourris uniquement de son et de carotte. Les vers destinés à nourrir les lézards devront avoir une nourriture plus diversifiée : son, croquettes pour chien ou aliment pour poulet, légumes.
L'eau est entièrement apportée par les carottes ou les pommes de terre.

Installation :

Les vers sont installés dans un bac à parois lisses.
Le fond est tapissé d'une couche de quelques centimètres de nourriture (90% de son) dans laquelle les larves s'enfoncent. On ajoute un gros morceau de carotte qui sera remplacé lorsqu'il sera sec.
L'entretient consiste à tamiser le milieu de temps en temps à l'aide de passoires pour séparer les larves des déjections. Il est pratique d'utiliser plusieurs bacs d'élevage, classés selon la taille des larves ; cette taille étant déterminée par la finesse de filtration des passoires utilisées.
Il n'existe aucun cannibalisme entre les larves. Par contre, les nymphes et les œufs peuvent être attaqués s'ils ne sont pas isolés.

Reproduction :

Tout d'abord, on sélectionne les plus grosses larves de l'élevage que l'on met à part dans un petit bac contenant 1cm de farine, 1cm de son ainsi que des croquettes, carottes... Ce bac doit contenir en permanence environ 30 larves. Les larves se transforment en nymphes qui sont isolées dans un autre petit bac. Les adultes sortant de ces nymphes sont transférés dans un bac pour la reproduction. Ce bac contient de la nourriture et un pondoir. Ce dernier est constitué d'un récipient plat d'environ 1cm de haut, recouvert d'un grillage métallique (moustiquaire) bien fixé. Le pondoir est rempli de farine dans laquelle les femelles déposeront leurs œufs à travers le grillage. Toutes les semaines, les œufs sont récupérés et mis avec les larves de la semaine précédente. Tous les mois, les œufs sont mis dans un nouveau bac ce qui permet d'éviter que ces œufs soient attaqués par des grosses larves.

 

Vers10

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site